KEIRA KNIGHTLEY                   magnificient.free.fr  
votre source française sur l'actrice anglaise Keira Knightley
  12 Nov 2018         Posté par Marine

Bonsoir à tous,

Keira et sa maquilleuse, Kate Lee, posent ensemble pour le Hollywood Reporter. Chaque année, le magazine prend en photo les meilleurs couples star/maquilleur qui offrent le plus beaux looks sur le tapis rouge. Parmi les autres clientes de Kate Lee on retrouve Emilia Clarke et Rooney Mara. Vous pouvez lire l’article en suivant ce lien. Le cliché est disponible dans la galerie.


Photoshoot > Dan Kennedy

En prime, voici une vidéo réalisée pour la promotion de Casse-noisette ou Keira est interrogée par deux enfants. C’est vraiment très drôle, je vous la conseille !

A très bientôt !

  10 Nov 2018         Posté par Marine

Bonjour à tous,

• De nouvelles interviews et vidéos promotionnelles continuent d’apparaître pour soutenir Casse-Noisette et les Quatre Royaumes.

Richard E. Grant, l’acteur qui interprète Shiver, a publié une photo de lui et de Keira avec le commentaire « un réel plaisir de travailler avec Keira Knightley ». Cette photo est disponible dans la galerie.


Films > Casse-Noisette et les Quatre Royaumes > Behind The Scenes

Concernant le box office, les résultats sont bons sans être extravagants : le film avait enregistré 64,861,689$ jeudi. Aux USA, le film était 2e du box-office la première semaine et vient de passer 3e, avec 28,064,534$ de recettes. A l’étranger, le film totalise 39,170,155$ avec une grosse performance de la Chine qui emmagasine 11 millions de dollar à elle seule. Malgré ces chiffres énormes, Disney reste un peu déçu de ces résultats puisque la firme espérait rembourser son budget faramineux de 120 millions de dollar bien plus vite que cela. Ce nouveau week-end contribuera sûrement à enregistrer de nouveaux bons chiffres, espérons le !

• Keira s’est rendue à un screening de Colette le 7 novembre dernier à Londres. Aucune photo officielle n’est sortie, il n’y a que des clichés issus des réseaux sociaux qui sont désormais disponibles dans la galerie.


Apparitions Publiques > 2018 > Screening de Colette à Londres

Une nouvelle affiche italienne est également apparue sur la toile. Le film sera d’ailleurs projeté au Festival de Turin qui se déroulera du 23 novembre au 6 décembre.


Films > Colette > Affiches

• J’ai fait une mise à jour des photoshoots dans la galerie avec deux nouvelles images du Harper’s Bazaar prises par Tom Craig et une nouvelle image pour le Elle magazine prise par Jan Walters.


Photoshoot > Tom Craig


Photoshoot > Jan Walters

A très bientôt !

  06 Nov 2018         Posté par Marine

Bonjour à tous,

Les premiers chiffres officiels de Casse Noisette et les Quatre Royaumes sont sortis ! Aux USA, le film a été classé deuxième du box office tout le week-end et a totalisé plus de 20 millions de $ de recettes. A cela s’ajoute les 39 millions de l’étranger avec de très bons scores en Italie (5.3m$), en Allemagne (2.7m$), au Mexique (2.3m$), en Espagne (2.2m$) et en Grande-Bretagne (2.1$). Les autres pays enregistrent des chiffres moins impressionnants mais ils ont également tous une population bien moins nombreuse (Norvège, Islande, Lituanie, Slovénie…). Le film sortira chez nous à la fin du mois, en même temps que le Japon et l’Australie. Pour la Corée du Sud et la Russie, ce sera début décembre.

Il me tarde de voir le film sur nos écrans !

  04 Nov 2018         Posté par Marine

Bonjour à tous,

Je vous propose quelques vidéos réalisées dans le cadre de la promotion de Casse Noisette et les Quatre Royaumes. Certaines ont été faites juste avant l’avant-première londonienne du film (où Keira porte une veste violette Chanel), d’autres datent de son passage aux USA et d’autres de l’avant-première en elle-même.

Bonne annonce concernant le box-office : Casse-Noisette réalise plus de 5 millions de dollars pour sa première journée d’exploitation aux Etats-Unis, entrant directement dans le top 3 du classement. Des chiffres plus précis et affinés seront publiés dans les prochaines heures.

A très bientôt !

  02 Nov 2018         Posté par Marine

Bonsoir à tous,

Je viens de vous traduire l’interview de Keira pour le magazine Harper’s Bazaar du mois de décembre. Elle a été réalisée par mes soins, merci de me créditer si vous la prenez. Je la trouve très intéressante !

On peut voir la panique dans les yeux de Keira Knighley. Ce matin, elle a essayé de décider où envoyer sa fille de trois ans, Eddie, à l’école l’année prochaine, le type de sujet qui fait rire les non-parents et qui devient chronophage pour les parents sans avoir de fin heureuse.
Il y a l’école locale, qu’elle aime mais peut-être pas sa fille, ou les nombreuses écoles privées dont elle n’est pas sure, ou l’école à la maison mais qu’elle refuse catégoriquement. « Et je deviens folle à les regarder une par une dans tout Londres, dit-elle, en riant d’un air un peu possédé ».
Knightley est assise à un café de Islington, pas loin de l’endroit où elle vit avec sa fille et son mari musicien, James Righton. La dernière fois que nous nous sommes vus, cinq ans plus tôt, elle s’était mariée mais n’avait pas encore d’enfant. A l’époque, elle venait d’être dans « Jack Ryan : Shadow Recruit », un « film à popcorn » comme elle l’avait appelé, et elle disait des injures, était féroce et amusante. Cette fois-ci, elle vient de délivrer une performance puissante dans le rôle titre de Colette et elle dit toujours des injures, est toujours féroce et amusante, mais un peu effondrée par trois ans de nuits détruites.
La vie a changé. Les films sont un peu différents mais elle a approximativement 100% de sommeil en moins. C’est arrivé à un point, où selon elle, « nous nous disons « Oh, personne ne dort dans cette maison », et on pense « Est-ce qu’on se hait vraiment les uns les autres ou sommes-nous complètement privés de sommeil ? ». »
Pendant qu’elle était enceinte, elle a prit une année de congé. Puis elle a eu sa fille et après quatre mois, la famille a déménagé à New York pour que Knightley puisse interpréter le rôle titre de Thérèse Raquin à Broadway. « Je ne sais pas pourquoi on a fait ça en fait, déclare-t-elle, toujours amusée par cette décision. Si on devait le refaire, je ne suis pas sûre qu’on le ferait encore. C’était vraiment fou. » Elle se rappelle peu de ce moment – les huit représentations de trois heures par semaine tout en allaitant son enfant lui apparaissent comme un brouillard. Tout n’a été possible qu’en engageant une nourrice la nuit, que Knightley a payé deux fois plus que ce qu’elle gagnait au théâtre, pour qu’elle puisse se reposer pour interpréter une Thérèse psychotique et meurtrière le jour d’après. Au moins, dit-elle, la tempête d’hormones de maternité et les émotions trop fortes l’ont vraiment aidées pour le rôle.
Après Thérèse Raquin, Knightley a rempli son agenda avec plusieurs films dont Colette, Berlin, I Love You et un tournage élevé et légèrement terrifiant en tant que Fée Dragée dans Casse-Noisette et les Quatre Royaumes. Edie est venue sur le tournage quand elle le pouvait et Knightley a continué à travailler, influencée par sa propre mère, Sharman Macdonald, une scénariste. « Ma mère a toujours travaillé quand j’étais jeune, dit Knightley, et elle a toujours insisté pour que je continue à travailler et je pense qu’une grande partie de moi a toujours été fière d’elle pour avoir travaillé et avoir gardé cette éthique. »
Elle voulait aussi s’accrocher à quelque chose qui était définitivement et totalement à elle. « Je pense que pour mon identité personnelle, c’était vraiment important que j’ai quelque chose qui était encore à moi, déclare-t-elle. J’ai uniquement pu le faire car je pouvais m’offrir une garde d’enfant, mais je pense que son identité est quelque chose que beaucoup de femmes se sont senties secouées et le travail était le moyen pour moi de la conserver ».
Knightley n’avait pas une grande patience pour une conversation sur comment-faire-pour-que-ça-marche et pourtant, elle l’admet, elle veut toujours savoir comment les autres font, pratiquement et émotionnellement. Le soin des enfants et l’équilibre de la vie : le besoin d’indépendance et la culpabilité maternelle. Elle lutte avec depuis que sa fille est née, et elle réalise qu’elle a lutté avec ça toute sa vie. Elle se sait chanceuse que la nature du cinéma signifie travailler quelques mois puis être en congé pendant quatre mois.
Elle est également conscience qu’elle peut compter sur une tribu d’aides, dont sa mère et une nourrice, et Righton, qui voyage avec elle et Edie partout où ils vont. Mais ce n’a pas été vraiment facile. Il y a eu des photoshoots avec des seins tombants, et l’épuisement durant les longues heures de tournage sans avoir pu dormir les nuits d’avant. Ou comme elle le dit « Se souvenir que les lignes deviennent plus compliquées ».
Qu’importe ce qui se passait en coulisses : on peut détecter que dans les performances récentes de Knightley, il y a quelque chose qu’il n’y avait pas avant, une crudité et une perte de sa propre conscience, le sentiment d’une actrice qui trouve une liberté et un registre émotionnel qui étaient auparavant inexploités. Elle semble aussi avoir passé un très bon moment. Ou comme Knightley l’explique, dans son franc-parler typique :« C’était un peu, comme si, je n’en avais rien à foutre, rit-elle. Une fois que vous avez eu l’expérience des seins qui fuient partout et le bazar que c’est – sans contrôle, c’est animal. Je sens qu’en jouer m’aide ; il n’y a plus d’embarras maintenant. »
La maternité a aussi aidé à faire taire ce qui était une auto-critique aiguë et implacable. Il n’y a plus assez de temps pour se gronder soi-même, ou pour prendre les critiques à cœur, ou pour faire plaisir à tout le monde en même temps. Elle n’a pas non plus l’énergie de prétendre être quelqu’un qu’elle n’est pas. « Je ne suis pas sûre de qui je suis sensée être, déclare-t-elle en haussant les épaules. Je suis assez heureuse si quelqu’un me donne un personnage que je suis sensée être puisque évidemment, interpréter une actrice serait dans ma zone de confort. Mais je ne l’ai jamais trouvé donc l’attitude de m’en foutre est arrivée ».
Colette a offert le tremplin parfait pour cette attitude. C’est un rôle cadeau – la vie extraordinaire d’une auteure (qui a écrit abondamment et fréquemment pour Harper’s Bazaar aussi) mais aussi une étude de l’exploration sexuelle, de Paris dans la Belle époque, et le conte sans doute le plus résonnant d’une jeune femme se libérant du contrôle d’un mari dominateur et trouvant sa propre voix. « C’est un beau rôle, confirme Knightley. Je pensais à moi étant enfant et ce dont je rêvais de jouer – c’est un personnage comme celui-ci. » Le film étrangement opportun et sonne bien avec l’autre côté de la vie de Knightley : l’explosion des mouvements Me Too et Time’s Up qui ont tout simplement tout changé. « J’espère que la boîte de Pandore a été ouverte, dit-elle, parce qu’on ne peut pas la refermer ».
La question est d’où tout cela sort chez elle. « Peut-être qu’en parler est le seul moyen de le fait, déclare Knightley, bien que « hey, j’aimerais que quelques garçons parlent aussi… » On doit s’engager avec l’autre côté de la conversation pour dire, « comment élevons-nous nos garçons ? Qu’est ce qui provoque cette volonté chez les gens en premier lieu ? ». Ce n’est pas juste le problème de l’agression, dit-elle, mais tout, depuis l’égalité salariale au contrôle des corps des femmes. Sur le sujet des salaires, elle ne peut toujours pas s’expliquer pourquoi cela ne lui ai jamais venu à l’esprit de demander combien elle était payée par rapport à ses partenaires masculins.
Même quand elle a découvert qu’elle ne recevait pas la même somme, elle n’a pas été particulièrement surprise. Elle avait le même sentiment que chaque femme a, quelque soit la profession : la sensation d’être chanceuse d’avoir un travail, de ne pas être perçue comme difficile, de pas vouloir attirer l’attention. « On veut juste que tout le monde reste gentil et on veut paraître facile au travail, dit-elle. Je suis très reconnaissante pour la chance que j’ai eu dans ma vie mais à un moment, je devais juste arrêter de me sentir chanceuse et être gentille et me poser vraiment des questions. »
Les questions ont été posées maintenant -« très poliment avec un s’il vous plaît à la fin »- et avec de bons effets : elle n’est plus moins bien payée, parfois elle est même mieux payée. Mais elle est anxieuse que le problème ne disparaisse pas de son agenda au fil des films. Des films comme Colette, et son prochain projet Misbehaviour, sur la compétition de Miss Monde 1970 quand le mouvement de Libération des Femmes a envahi la scène au Royal Albert Hall, qui sont réalisés car ce sont des sujets qui semblent vitaux et qui peuvent trouver des soutiens financiers. Mais il est nécessaire de les faire, et Knightley pense que c’est au public d’engager le changement permanent, de payer pour voir ces films et prouver au marché que ces histoires sont viables et populaires. « Parce que s’ils ne le font pas, déclare-t-elle, il n’y en aura pas d’autres ».
Knightley a dit par le passé qu’elle pourrait penser à la réalisation un jour et elle a testé sa main en écrivant par ci par là ; après tout, elle est une vétéran dans l’industrie et sait comment jouer à ce jeu. Est-ce qu’elle s’engage davantage dans le business ces derniers jours ? « Pas vraiment, reprend-elle. peut-être que je devrais, peut-être que je ne devrais pas, cela ne semble pas se produire. » Elle préfère se concentrer sur le jour présent, délivrant une des meilleures performances du moment, et en passant à autre chose une fois que cela est fait. Parfois, elle voit le film après et aurait aimé avoir plus de contrôle dessus, mais souvent elle est heureuse de passer à autre chose. Maintenant, elle déclare « je ne peux pas imaginer quelque chose de plus. Avec un enfant et l’école et une maison et encore une autre et une autre chose… » Elle s’estompe dans cette liste de choses à faire sans fin.
Il est temps d’y aller, de retourner à la maison et vers Edie et vers le rêve encore non réalisé d’une nuit ininterrompue qui ne se terminera pas à l’aube. Elle a récemment persuadé sa fille d’écouter un enregistrement de méditation réalisé pour les enfants dans l’espoir que cela améliorera son sommeil. Cela n’a pas marché. »Cette femme n’arrête pas de me dire de respirer et d’expirer, crie-t-elle, faisant une formidable imitation d’une fille de trois ans. Je suis EN TRAIN de respirer et d’expirer. » Edie – inévitablement – est une source d’inspiration elle aussi. Pour se préparer pour le rôle de la Fée Dragée, Knightley a consulté sa fille et ses amis dans un bac à sable de cour de récréation, essayant une voix étrange et haut perchée.
Ca les a fait tous rire et ils l’ont copiée – couiner, couiner, couiner – donc elle s’y est habituée pour le film. Une fois qu’elle a su qu’elle allait être décorée avec des cheveux en bonbon et porter une fantastique robe bouffante (« Je ressemblais à un gâteau »), elle a transformé sa performance en pantomime brillante, imaginant ce qu’Edie aimerait. « Est-ce que je devrais essayer un cocktail ? rit-elle. Je devrais juste garder les cocktails non ? Et j’ai une robe qui ferait un si bon cocktail ? » Le souvenir fait sautiller Knightley sur sa chaise, une jupe imaginaire rebondie autour d’elle, un grand sourire sur son visage. Ça, mesdames et messieurs, est un sacré cocktail.

En prime, deux nouveaux clichés sont disponibles dans la galerie. Une vidéo prise lors du photoshoot est visible en suivant ce lien. Keira y dévoile ses secrets de beauté signés Chanel évidemment !


Photoshoot > Tom Craig

• J’ai fait une mise à jour assez importante de la galerie avec deux nouvelles affiches de Casse-Noisette et les Quatre Royaumes, deux nouvelles affiches de Colette et un couverture du magazine du Times avec Keira.


Films > Colette > Affiches


Films > Casse-Noisette et les Quatre Royaumes > Affiches


Couvertures de magazine

A très bientôt pour d’autres nouveautés !

  02 Nov 2018         Posté par Marine

Bonsoir à tous,

Keira était bien présente à l’avant-première de Casse-Noisette et les Quatre Royaumes à Londres, ce soir. Elle portait une sublime robe Chanel, ce look est un vrai coup de cœur pour moi ! Elle était en compagnie de Mackensie Foy, avec qui elle a partagé des moments très complices, Misty Copeland et Ellie Bamber. Plus d’une centaine de photos sont déjà dans la galerie avec, en prime, de nombreux clichés en noir et blanc sur la préparation du tapis rouge.


Apparitions Publiques > 2018 > Avant-première de Casse-Noisette et les Quatre Royaumes à Londres

A très bientôt