Bienvenue sur Magnificient, votre source française sur l'actrice anglaise Keira Knightley. Vous avez pu la voir Orgueil & Préjugés et The Imitation Game, qui lui ont valu deux nominations aux Oscars mais aussi dans Pirates des Caraïbes et dans The Duchess. Vous la découvrirez prochainement dans un biopic consacré à l'auteur Colette et dans The Aftermath, un drame se déroulant à la fin de la Seconde Guerre mondiale. Bonne visite sur le site. Marine.
INFORMATIONS
Webmiss : Marine
Version : #23 ft. Harper's Bazaar
Design : Obsession27
Codage : Obsession27
Ouverture : 12 avril 2010

AGENDA
18 Février : Cérémonie de BAFTA Awards.
26 Février : Nouveau spot publicitaire de Chanel pour Coco Mademoiselle Intense.
12 Mars : Tournage de Official Secrets en Angleterre.

PROJETS
The Aftermath

Rôle : Rachael Morgan
Statut : Post-Production
Sortie : 2018
Rachael Morgan arrive à Hambourg en 1946 pour apprendre que son mari partagera leur maison avec les précédents propriétaires, un veuf allemand et sa troublante fille.
Photos - Trailer - Fiche

Colette

Rôle : Colette
Statut : Post-Production
Sortie : 21 Septembre 2018 (USA)
Biopic de l'écrivain Colette, connue pour ses extravagances et ses romans tels que Chéri et Gigi.
Photos - Trailer - Fiche

Berlin, I Love You

Rôle : ?
Statut : Post-Production
Sortie : Printemps 2018
Plusieurs histoires d'amour se déroulant à Berlin.
Photos - Trailer - Fiche

Casse-Noisette

Rôle : La Fée Dragée
Statut : Post-Production
Sortie : 31 Octobre 2018 (FR), 02 Novembre 2018 (USA)
Une petite fille reçoit un casse-noisette le soir de Noël. Pendant la nuit, ses poupées s'animent pour l'entraîner dans un monde merveilleux et féérique, dans le pays de la Fée Dragée.
Photos - Trailer - Fiche

Official Secrets

Rôle : Katharine Gun
Statut : Pré-Production
Sortie : 2018
Katharine Gun est une lanceuse d’alerte des services secrets britanniques qui, juste après l’invasion iraquienne en 2003, a fait fuiter une note secrète de la NSA révélant une opération d’espionnage illégale de la part des Etats-Unis et de la Grande-Bretagne envers les membres du conseil de sécurité de l’ONU.
Photos - Trailer - Fiche

FAMILY SITES

ELITE AFFILIATES

DISCLAIMER
Ce site n'est pas un site officiel. Je n'ai aucun contact avec Keira ou sa famille. Le plagiat est interdit. Toute reproduction partielle ou totale sera passible de poursuites judiciaires. Ce site est sous Copyright.

   
Marine
 
février 16,2018
 

Bonjour à tous,

• Plusieurs nouveautés au programme. Tout d’abord, un nouveau cliché réalisé pour The Wrap lors du Sundance Film Festival est disponible dans la galerie. Keira est toujours aussi belle sur ces clichés !


Photoshoot > Irvin Riviera

• Une première affiche française de Colette a été dévoilée : elle reprend un still déjà connu du film mais elle inclut des passages traduits des reviews du Sundance Film Festival. Ces phrases proviennent des articles que je vous avais traduit mais cela fait toujours plaisir à voir et promet une belle promotion française !


Films > Colette > Affiches

• Selon certaines rumeurs, The Aftermath devrait avoir une date de sortie prévue pour l’automne. Si cela n’a pas été confirmé, cela ne semble pas très surprenant si le film a pour objectif de participer à la saison des récompenses. C’est encore très long à attendre pour nous mais si cela permet au film de concourir, on ne peut que prendre notre mal en patience !

A très bientôt pour voir Keira aux BAFTA Awards 😉





   
Marine
 
janvier 23,2018
 

Bonjour à tous,

The Hollywood Reporter a pris un très beau portrait de l’actrice, qui se trouve désormais dans la galerie.

EDIT : Une nouvelle photo a été rajoutée dans la galerie.


Photoshoot > Austin Hargrave

Sachez également que Keira a fait la couverture du Times dans l’édition d’hier ! Belle promotion pour le film.


Couvertures de Magazines

Keira s’est envolée pour l’Angleterre et a donc quitté le festival. Il faut dire que nous avons été gâté pendant deux jours, le plein de promotion a été fait et les objectifs atteints : le film a été vendu à trois distributeurs différents, assurant la projection du film au cinéma. D’autres images de photoshoot apparaitront sûrement dans les prochains jours. Colette a eu de très bonnes critiques, ce qui est de bonne augure. Maintenant nous n’avons plus qu’à croiser les doigts pour avoir bientôt le trailer du film !





   
Marine
 
janvier 22,2018
 

Bonjour à tous,

Comme vous avez pu le remarquer, il y a eu beaucoup de nouveautés ces deux derniers jours. Les articles ci-dessous ont beaucoup été enrichis au fur et à mesure des nouveautés, n’hésitez donc pas à aller les revoir.

Pour l’instant, je vous propose deux photos pour The Wrap prise par Irvin Rivera.


Photoshoot > Irvin Rivera

Keira a d’ailleurs été vue dans les rues de Park City pour se rendre aux interviews enregistrées. Les images sont dans la galerie.


Apparitions Publiques > 2018 > Dans les rues de Park City

D’autres photoshoots devraient prochainement apparaître car beaucoup de photographes ont déclaré avoir pris en photo le casting de Colette sur les réseaux sociaux. Cet article sera donc actualisé.
Merci de vos visites !





   
Marine
 
janvier 21,2018
 

Bonsoir à tous,

Keira et le casting de Colette sont en pleine promotion. Les interviews se succèdent en ce moment même (Salt lake City a un décalage de 8h de moins que nous). Keira est habillée par Chanel. Les vidéos seront postées ici au fur et à mesure de leur apparition.


Keira parle du fait que s’avouer féministe est encore une chose récente et que les réalisateurs commencent à prendre conscience que les histoires féminines ont longtemps été passées sous silence.


Keira parle également de féminisme et dit que les rôles de femmes sont souvent tous les mêmes, ce sont des personnages gentils et qui soutiennent les hommes.


Keira raconte que Colette a été l’une des premières à parler du désir féminin et du plaisir sexuel pour les femmes, des sujets encore tabous aujourd’hui et c’est ce qui l’a attiré dans ce rôle.


Keira a pris la pose avec la journaliste de The Wrap.

Keira a également posé pour les portraits du festival, je trouve ces clichés magnifiques pour ma part.


Photoshoot > Michael Buckner

Keira, Dominic et Wash sont actuellement en pleine conférence de presse pour le film et les premières images sont déjà disponibles.


Apparitions publiques > 2018 > Conférence de presse pour Colette

N’hésitez pas à consulter régulièrement l’article qui sera mis à jour au fur et à mesure ainsi que celui du dessous où je mets les critiques du film.





   
Marine
 
janvier 20,2018
 

Bonjour à tous,

voici la traduction de l’article de Variety. Il est assez long mais très intéressant sur plein de points. La traduction a été réalisée par mes soins, merci de créditer le site si vous la prenez.

Keira Knightley révèle sa pensée.

Alors que la plupart des stars de cinéma offrent souvent des réponses assommantes aux questions des journalistes et déploient une armée de publicistes et chargés de communication pour s’assurer qu’ils ne diront rien de polémique, Knightley refuse d’esquiver les questions difficiles. Elle a librement parlé à Variety de « Colette », un drame historique centré sur la romancière française légendaire Colette qui aura sa première le 20 janvier au Sundance Film Festival, mais Knightley est plus à l’aise à mettre en avant des sujets tels que le féminisme, le sexisme et le manque d’opportunités pour les femmes directeurs que de parler de son processus de création.

C’est ce qui fait de cette actrice de 32 ans une personne naturelle pour le rôle titre dans la production indépendante. Colette, peut-être plus connue pour son roman « Gigi, brisait les barrières. Une femme qui avait des aventures avec des femmes et des hommes, et qui s’est élevée au sommet de la société de la belle époque en écrivant des histoires, comme « Chéri » et les romans de Claudine, qui a une candeur sexuelle rafraîchissante. Mais les plafonds de verre ont été difficiles à briser dans sa carrière littéraire. Elle avait une relation toxique avec son mari, un auteur connu sous le nom de Willy (joué dans le film par Dominic West), qui a fait passé le travail de Colette pour le sien, raflant l’acclamation des critiques et les retombées financières.

« Colette » est montré à Sundance pour trouver un distributeur américain. Le film devrait attirer les intérêts des acheteurs grâce à la performance centrale et irrésistible de Knightley – et parce que c’est un portrait d’une féministe pinière qui semble être fait sur mesure pour les mouvements #MeToo et #TimesUp.

« C’est définitivement un hashtag #ColetteToo, déclare le directeur et co-scénariste Wash Westmoreland. L’histoire d’un homme essayant de faire taire une femme et une femme étouffée par l’égo d’un homme est toujours d’actualité aujourd’hui et l’a été à travers toute l’histoire. Il y a eu des changements sismiques sur certaines points, comme le mouvement des suffragettes, et nous avons un nouveau mouvement tectonique maintenant. Les femmes disent « Plus jamais. On ne veut plus supporter ces conneries de prédateurs ». »

Knightley a l’intention d’être une de ces actrices qui militent pour le changement, même si sa carrière est occupée comme jamais. « Colette » est l’un des 4 films dans lequel elle apparaît cette année, les autres étant un drame historique « The Aftermath », le nouveau volet de l’anthologie « Berlin, I Love You » et le film Fantasy de Disney « Casse-Noisette au royaume des souris ». L’actrice déclare qu’elle était motivée à se jeter de nouveau dans le travail après avoir pris plus d’un an de congés pour donner naissance à Edie et se lier avec elle.

Avant d’aller dans les montagnes de Park City, Knightley s’est assise avec Variety pour parler de la crise du harcèlement sexuel à Hollywood, le coté sombre de la célébrité et pourquoi elle a été « traumatisée » par son statut de star dans « Pirates des Caraïbes » à l’âge de 18.

Pourquoi vouliez-vous interpréter Colette ?
C’est merveilleux de jouer des femmes inspirantes et de faire connaître leurs histoires et leurs voix. A travers son écriture, Colette remettait en question l’idée de genre et l’idée de ce qui était naturellement féminin, à l’opposé de ce que la société considérait comme féminin. Les années 1890 en France, la belle époque, est intéressante de s’y attarder parce qu’il y avait une grande liberté sexuelle. Colette avait des maîtresses et a eu, je suppose qu’on peut l’appeler comme ça, un amour transgenre. Elle sentait que c’était son droit d’expérimenter le plaisir et d’en donner. C’est toujours une idée révolutionnaire pour les femmes.

Est-ce-que le comportement de Colette apparaîtrait comme scandaleux aujourd’hui ?
Nous sommes allés très loin mais si vous aviez une auteure ou une actrice très connue qui vivraient de la même manière qu’elle, il y aurait toujours un sens scandaleux à cela. Bien que les années 1960 était une période de libération de la sexualité masculine et définitivement une période où nous avons eu la pilule et un sentiment de liberté, je pense que la libération sexuelle des femmes est toujours en processus. Ce qui est intéressante est ce qu’elle l’avait expérimenté cela et écrit sur ce sujet à la fin du XIXe siècle.

Dans le film, Colette se délecte de sa célébrité. Avez-vous une relation différente avec la notoriété ?
Je pense que, et c’est ce qui est très drôle dans un sens, j’ai exactement la pensée inverse, ce qui est encore une fois la raison pour laquelle j’aime vraiment beaucoup jouer ces extraverties… J’aime cette sorte de qualité qu’a une personne qui veut se tenir au centre d’une pièce et penser « Regardez-moi, regardez-moi, regardez-moi. » Parce que je suis celle qui est sur le côté de la pièce, essayant de m’échapper par la porte ou me cachant dans la salle de bain. En tant qu’acteur, on doit cependant être la personne totalement opposée à ce que l’on est vraiment.

Quand vous jouez un rôle, est-ce que ça vous dérange d’être le centre de l’attention ?
Il y a toujours un mur que je dois essayer de fracasser pour me débarrasser de ce qui est un basique état de peur. Je suis totalement à l’aise pour me mettre dans la peau de quelqu’un d’autre parce que je sais que je suis observée pour le faire. Mais il y a une joie dans la bravade quand on le fait. On n’est pas tout le temps là. Parfois on est très conscient que c’est vous ici et que beaucoup de gens vous regardent et qu’on fait quelque chose de très étrange, mais il y a des moments où on se perd dans le personnage.

Est-ce que vous avez toujours le trac sur scène ?
C’est mieux. Je sais ce que c’est maintenant. Je sais que c’est une étape que je dois passer. Pour moi, le travail théâtral est une aide incroyable parce que ça me fait dire « Oh, c’est à ça que ça ressemble ». De manière plus drôle, quand vous êtes sur le tournage d’un film, on ne comprend pas ce qu’est le trac car on n’est pas sur scène, mais sur un tournage, et il y a juste une caméra et pas un public. Mais c’est toujours une chose très vulnérable à faire quand beaucoup de gens vous regarde.

« Colette » a été conçue il y a des années et tournée plusieurs mois auparavant, mais son combat a une grande résonance dans l’ère de #MeToo et #TimesUp. Est-ce que vous voyez des parallèles entre les obstacles auxquels Colette fait face et les droits que les femmes revendiquent aujourd’hui ?
Il y a évidemment des parallèles. Le fait que ce film sort maintenant n’est pas une surprise. Wash, le directeur du film, et son collègue (le scénariste et directeur Richard Glatzer) ont essayé de faire ce film depuis 15 ans. Je ne pense pas que ce soit une surprise que les fonds aient été trouvés ces dernières années et pas avant. Les histoires féminines sont soudainement vues comme importantes.

Est-ce que les compagnies reviennent à des histoires dominées par les femmes ?
Avec la montée en puissance de Netflix et d’Amazon, on voit plus de personnages de femmes fortes et des histoires de femmes sur les services de streaming. Je ne sais pas vraiment pour les films. Je ne participe pas vraiment à des films contemporains puisque les personnages féminins se font presque toujours violer. J’ai trouvé que la manière dont les femmes étaient dépeintes était détestable, alors que l’on trouve vraiment des femmes inspirantes dans les films d’époque à mon sens. Il y a eu des améliorations. J’ai soudainement eu des scripts d’histoire modernes ou les femmes n’étaient pas violées dans les 5 premières pages et n’étaient pas simplement là en tant que petite-amie aimante ou femme du héros.

Qu’est ce que vous pensez du scandale sur le harcèlement sexuel qui a envahi Hollywood ?
Ce qui était vraiment intéressante c’est que ce n’est pas juste dans cette industrie – mais dans toutes les industries. J’ai été surprise par certains détails. Mais j’étais au courant de cette culture de silence chez les femmes et l’habitude de les harceler et je savais que des hommes de cette industrie était autorisés à se comporter de manière très différente par rapport aux femmes. C’était évident. Ce qui était fascinant avec le mouvement #MeToo était que j’étais assise avec des amis, qui ne sont pas dans cette industrie, et chacun d’entre nous avait été agressé à un moment. On n’avait jamais eu cette conversation avant. Ça nous a ouvert les yeux.

Avez-vous subi du harcèlement ou été agressée sur le tournage d’un film ?
J’ai été chanceuse de n’avoir jamais été abusée sexuellement professionnellement ou harcelée sur le tournage d’un film mais dans ma vie personnelle, quand j’ai été dans des bars, je peux compter 4 fois où j’ai été légèrement agressée. Je pense que chacun combat ses monstres personnels. Ce ne sont pas juste les actrices. Ce sont les enseignantes, ce sont les avocates. Je ne parle pas de viol mais je parle de femmes qui ont été attrapées dans des bars, qui eu les seins tripotés par quelqu’un qu’elles ne connaissaient pas où qui ont senti une main se glisser sous leur jupe.
Pendant trop longtemps, on s’est dit « Oh, c’est normal ». C’est terrifiant que ce soit ça notre réponse. Ça a dut être horrible pour toutes ces femmes courageuses qui ont osé parler publiquement de leurs expériences. Il y a beaucoup de souffrance et de douleur. Nous sommes dans une période où tout est en train de sortir. Puis nous aurons besoin d’avance et de trouver comment cela ne pourra jamais se reproduire.

Vous avez fait des films tels que « Begin Again » et « The Imitation Game » avec la Weistein Compagny. Harvey Weinstein, le co-fondateur du studio, a été accusé d’avoir abusé et agressé une douzaine de femmes. Quelle a été votre expérience avec lui ?
Mon expérience avec Harvey Weinstein a toujours été professionnelle. Il était bon dans les films qu’il faisait. J’étais au courant de sa réputation en tant que tyran. Il est célèbre pour téléphoner aux gens au milieu de la nuit et leur crier dessus. Il n’a pas été comme ça avec moi et il ne m’a jamais envoyé de messages ou de choses comme ça. Je n’étais pas au courant d’aucune accusation de viol ou d’agression sexuelle contre lui. Pour la première fois, les gens partagent leurs histoires. Ils étaient absolument terrifiés d’en parler et avaient peur des représailles mais je ne crois pas qu’on savait les proportions que cela allait prendre.

Est-ce que vous pensez que les médias traitent différemment les actrices des acteurs ?
Absolument. Constamment. Pourquoi est-ce que les journalistes ne demandent pas comment les hommes équilibrent leur vie de famille et leur carrière ? Pourquoi est-ce qu’on ne demande pas aux hommes comment ils se sentent en tant que père et quand ils s’en vont tourner un film ? Et pourtant, plus que tout, c’est la première question que l’on me demande : comment équilibrez-vous votre maternité avec votre carrière ?

Et à propos de la parité salariale ? Est-ce que vous demandez à être payée autant que vos partenaire masculin ?
Pour la première fois, j’ai récemment eu un peu plus que mes partenaires masculins. J’ai pas beaucoup essayé. Je pense que j’aurais du. Ma tactique a été de ne pas demander car cela m’aurait mis en colère, ce qui est stupide. J’ai peur d’avoir mis ma tête dans le sable.

Est-ce que vous trouvez davantage de scripts de scénaristes féminines ou de projets qu’on vous propose portés par des directrices ?
Il y a quelques scripts écrits par des femmes : ce sont les directrices dont nous manquons cruellement. J’ai travaillé avec quelques directrices et elles étaient toutes merveilleuses. Ce n’était pas toujours facile de trouver un autre film à faire même quand les films que nous avions fait avec eu de très bonnes critiques. C’est un gros problème. Quand on a des directrices, des scénaristes et des productrices, les personnages féminins sont toujours mieux et donc la manière dont la société voit les femmes à travers le cinéma est bien meilleure et bien mieux menée.

Qu’avez-vous pensé de « Lady Bird » ? Il a été écrit et dirigé par Greta Gerwig et on ressent un renouveau dans les relations mère-fille.
C’est tellement un film merveilleux mais c’est absolument incroyable de n’avoir jamais vu un autre film comme celui-ci avant. Je connais chaque complexité de la relation père-fils et même père-fille. L’expérience féminine est vraiment absente. C’est extraordinaire que cela semble révolutionnaire en 2017. On devrait voir un large spectre de relations féminines.

Est-ce vous dirigerez un jour ?
Je pense à diriger. Maintenant il y a quelque chose de terriblement classique et féminin qui est d’avoir trop peur ou de ne pas être parfaite. C’est terrible parce que ce qu’on devrait faire c’est de plonger et d’y aller. Peut-être qu’un jour je dépasserais ma peur et je le ferais. J’espère qu’il y a d’autres femmes courageuses que moi qui le feront.

Vous avez 4 films qui sortent cette année. Etes-vous addict au travail ?
J’ai été très occupée. J’ai pris une année sabbatique quand j’ai été enceinte et après quand j’ai eu ma fille. C’était intéressant parce que quand vous avez un enfant c’est un accomplissement merveilleux mais on sent que son identité peut être absorbée par le côté maternel. J’avais vraiment besoin de sentir que j’étais toujours moi donc je me suis attachée à un nombre affreux de projets et j’ai eu le dernier, qui est en réalité « Colette » et j’ai réalisé que j’étais épuisée, donc j’ai pris 6 mois de congés.
J’ai été la fille d’une mère qui a toujours travaillé et je sais combien c’est important pour moi et ma perception de voir ma mère travailler. Je veux que ma fille voit que je fais quelque chose que j’aime. Je veux qu’elle sache que quelque soit le champ qu’elle choisisse, elle peut être une enfant et peut toujours envisager une carrière.

Pourquoi avez-vous voulu faire « Casse-Noisette » ?
On ne peut pas dire non pour jouer La Fée Dragée. J’ai fait pas mal de travail qui était assez subtile et je voulais faire quelque chose qui était totalement différent.

Vous avez une coiffure outrageuse dans ce film. Qui a inspiré la Fée Dragée ?
Les cheveux en canne à sucre étaient parce qu’elle est un bonbon, mais il y aussi pas mal de femmes conservatrice auxquelles j’ai pensé. C’est Margaret Thatcher qui rencontre Marilyn Monroe.

Allez-vous faire plus de films familiaux ?
Non. Mon goût est toujours plus sombre. J’adore les personnages étranges et complexes et ce qui est super avec mon travail est que je peux essayer de comprendre des gens que je n’aimerais pas nécessairement.

Est-ce que vous glisserez vers la télévision ?
J’en ai l’intention. On m’a envoyé beaucoup de pilotes. C’est différent par rapport à un scénario car souvent je n’ai que le premier épisode et pas le reste de la série. Peut-être sont-ils écrits mais je trouve que c’est un concept difficile. A un moment, il faudra que je plonge et que j’y aille. J’irai qu’importe si le rôle est important.

Vous avez fait beaucoup de films d’époques comme « The Duchess » ou « Anna Karérine ». Vous aimez les rôles avec des corsets ?
Pendant des années, je me suis sentie coupable de ça, comme si c’était quelque chose dont je devais me débarrasser. Puis j’ai réalisé que c’était des films que j’adorais voir. Je suppose que certaines personnes s’échappent à travers des films de science fiction ou de Fantasy et je suppose que mon échappatoire vers un autre monde a toujours été les films d’époque. C’est sympa de pouvoir admettre ça à finalement la trentaine.

Est-ce que vous avez toujours voulu être actrice ?
Apparemment j’ai demandé mon premier agent à 3 ans. Mon père était acteur et ma mère était écrivain donc j’ai été élevée dans ce milieu. Mes parents avaient une part important dans un théâtre politique dans les années 1970 et au début des 1980 dont on savait que tout ça était important. Vous n’étiez pas juste un acteur. Vous étiez un activiste et vous pouviez changer le monde. Pour un enfant qui grandi dans ce milieu, c’était suffocant.

Est-ce que vous voulez que votre fille joue ?
J’espère vraiment, vraiment, vraiment qu’elle ne voudra pas. Cependant, les gens qui le font ne le choisissent pas. C’est un appel. J’espère qu’elle devra une avocate pour l’environnement ou quelque chose de spectaculaire mais je serai le genre de parent qui sera derrière elle quelque soit son intérêt.

Vous êtes devenue une star à 18 ans dans « Pirates des Caraïbes ». Qu’est-ce que cela fait d’être célèbre à un âge ou la plupart des gens attendent leur bal de promo ?
J’ai trouvé cela assez terrifiant. Je ne suis pas extravertie dont j’ai trouvé le niveau de contrôle et de célébrité assez difficile. C’est un âge ou vous évoluez mais pas encore tout à fait, vous faites des erreurs. C’est un âge précaire surtout pour les femmes. Dans un certain sens, vous voulez toujours être une enfant. C’était traumatisant mais cela met en place le reste de la carrière. Donc en regardant en arrière, est-ce que je ferai quelque chose de différent ? Non, je ne le ferai pas car je suis incroyablement chanceuse maintenant et ma carrière est à un point que j’aime vraiment et je suis moins intensément célèbre. Je peux gérer maintenant et c’est bien. Mais à cette époque, ce n’était pas si bien et ça m’a pris beaucoup d’années de thérapie pour m’en sortir.

Qu’avez vous appris par expérience ?
On doit être prudent avec les jeunes femmes. Quand je travaillais avec les jeunes actrices, je suis protectrice envers elles. Il y a beaucoup de gens qui disent « Oh tu es juste là grâce à ton visage ». Et ils les rabaissent à cause de leur apparence. Je pense que nous pouvons tous être plus gentils.

A très bientôt pour la première de Colette !





   
Marine
 
janvier 16,2018
 

Bonjour à tous,

La promotion de Colette a débuté ! Keira fait en effet la couverture du magazine Variety du mois de janvier. Un photoshoot va de pair avec ce magazine, de même qu’une interview que je vais vous traduire dans les prochaines heures.


Photoshoot > Variety

A cette occasion, une photo Behind The Scenes a été dévoilée : on y voit Keira avec Wash Westmoreland, le réalisateur du film.


Photoshoot > Variety

Je vous rappelle que la première du film aura lieu samedi au Sundance Film Festival.
A très bientôt !





Page 1 sur 171234510Dernière page »